INSTALLATIONS

___TRANSLATION N°8440

C’est à partir de longs travellings dans le paysage (enregistrés par train, voiture, avion, metro …) que se construit l’installation TRANSLATION N°8440, qui joue sur l’immersion et la déambulation, aussi bien que la méditation. La bande video va peu à peu se déconstruire et se fragmenter selon la même esthétique que dans le live : dilation, expansion, compression et étirements des couleurs, fourmillements de lignes, de points et de pixels. Par sa dérive et son exploration de l’espace, le spectateur va produire des variations imperceptibles aussi bien dans le son spatialisé que dans les mouvements des vidéos. Dans un jeu entre défilements et décrochages, des flux visuels ou sonores de données liées aux transports (horaires, distances, gares, aéroports…) composent une poésie mobile des flux contemporains.

Le déploiement in situ de l’installation peut prendre différentes formes selon le contexte et les moyens techniques disponibles  :
– une scénographie d’écrans flottants aux dimensions mouvantes, créant une géographie fragmentées en de multiples calques (voir l’exposition du Carré Amelot)
– une projection 360° sur quatre murs ou dans l’ensemble d’un espace

L’installation est ainsi une plongée dans les vibrations de la vitesse et dans les disjonctions temporelles et spatiales produites par les déplacements, les connexions, les translations. Expérience de live cinema génératif, qui déploie une très riche combinatoire visuelle et sonore et des variations infinies selon les algorithmes du programme et les mouvements des spectateurs, elle interroge la relation entre temporalité et spatialité,  et joue avec les perceptions multiples de nos trajectoires …

___________________________________________________________________

Présentation du projet > résidence VIDEOPHONIC _ AADN _ Lyon (France) _ 2014

TRANSLATION N°8440

__________________________________________________________________

___L∞P

Un dispositif optique et cinétique interrogeant la perception du fini et de l’infini du paysage.

Dans cette oeuvre, un travelling vidéo infini se déploie à partir d’un paysage fixe : la photographie d’un paysage de l’Aquitaine est imprimée sur une bande vynil qui tourne en boucle grâce à un système robotique (moteur pas-à-pas contrôlé par Arduino), cette boucle est filmée et son image, re-projetée en temps réel, subit des modifications grâce à des algorithmes génératifs. Ainsi, le paysage fixe s’anime et se transforme de façon permanente et infinie.

A chaque fois que l’oeil regarde un même paysage, il ne cesse d’y trouver de nouveaux détails, de nouvelles formes. Cette installation donne ainsi à voir ce que pourrait être une lecture infinie du paysage.