TRANSLATION

Escale multimédia _ dans le cadre des ESCALES DOCUMENTAIRES

du 4 au 15 novembre 2014 – Carré Amelot – LA ROCHELLE (Fr)

Salle des rencontres (rez-de-chaussée) et Espace photographique (niveau 1)

À travers une installation immersive et des photographies numériques, HP Processdéveloppe un projet intermédia sur l’espace-temps, la vitesse et les effets de la mobilité sur la perception. Des dizaines de travellings de paysages filmés lors de voyages sont agencés dans une scénographie d’écrans flottants aux dimensions mouvantes, créant une géographie fragmentées en de multiples calques.  Ces travellings vidéos se transforment et se dégradent selon des logiques de dilatation, d’expansion, de compression des couleurs et des pixels, de fourmillements de lignes et de points. Dans un jeu entre défilements et décrochages, des flux visuels ou sonores de données liées aux transports (horaires, distances, gares, aéroports…) qui composent une poésie mobile des flux contemporains. Par sa dérive et son exploration de l’espace, le spectateur va produire des variations imperceptibles aussi bien dans le son que les mouvements des vidéos.
L’installation est ainsi une plongée dans les vibrations de la vitesse et dans les disjonctions temporelles et spatiales produites par les déplacements, les connexions, les translations. Expérience de live cinema génératif, elle interroge la relation entre temporalité et spatialité,  et joue avec les perceptions multiples de nos trajectoires …

Les photographies sont des images capturées dans le flux numérique de la vidéo générative. Les paysages ainsi saisis déploient leur épaisseur, donnant à voir la matière spatiale et temporelle de l’instant diffracté et compacté par la mémoire. Chaque photographie est unique car produite par les variations infinies du programme.

TRANSLATION tente de traduire l’empreinte visuelle et sonore que laissent les voyages dans la rétine et la mémoire, en explorant la matérialité du numérique. A travers un jeu sur la lumière, les pixels et les couleurs, ce projet multidimensionnel tend vers une déconstruction et une abstraction de la géographie, selon une esthétique hallucinatoire et hypnotique. C’est une expérience cinétique du paysage, qui devient un espace mental où territoires, mémoire et données s’agencent pour ouvrir à de nouvelles perceptions.

Présents pendant la durée de l’exposition, des visites de groupes, enrichies de rencontres/conférences seront mises en place avec Hortense Gauthier et Philippe Boisnard.